Accompagner les parents


Accompagner la parentalité numérique demande de :

  • prendre de la distance : développer une posture distanciée par rapport à vos convictions personnelles et familiales (cf le contenu de cette formation ; vous pouvez vous poser les questions : Combien y a-t-il d’écrans chez moi ? Dort il avec moi ? A quelle heure l'ai-je consulté ce matin pour la première fois ?...)
  • Décrypter les usages de vos publics :
    • . Profiter des moments d’échange pour discuter, évaluer, comprendre les raisons de l’équipement ou de la pratique, le tout sans jugement
    • . Rester à l’écoute des usages et pratiques galopantes : menez votre propre étude pour vous permettre de rester au diapason de votre public
  • En discuter en équipe et construire un consensus sur cette thématique dans votre structure : prévoir une charte / des mots et valeurs communes au sein de la structure

Comment aborder les parents ?


- Comprenez leur perte de repères.
Ex d'injonctions contradictoires qu'entendent les parents :
  • . Danger
  • . Solitude
  • . Mauvaise rencontre
  • . Indispensable
  • . Agitation
  • . Outil d’éveil et d’apprentissage
  • . Mémoire amoindrie
  • . Addiction
  • . Pratique

Ex de discours entendu :
« Hélas, ils ne savent plus s’amuser sans écran »
« Le numérique, c’est inné pour eux ! »
« Les écrans, c’est indispensable pour apprendre ! »
« Ils y passent trop de temps, c’est infernal »
« Il en sait plus que moi : je ne lui apporterai rien ! »
« Tout le monde y joue / tout le monde y est ! »
« C’était tellement mieux avant ! »
« J’ai bien passé mon enfance à regarder la TV ! »
« Les écrans de toutes façons, ça dénature l’enfance »
« C’est quand même une super nounou ! »
« Au moins ils restent à la maison ! »
« Vive la géolocalisation ! »


- Les rassurer et leur montrer qu’ils sont capables ! Le numérique n'est pas différent des autres sujets de parentalité. Les écrans cristallisent plein de difficultés de la parentalité ! (ex : ne pas savoir dire non etc). Ils disent qu'ils n’y connaissent rien et que leurs enfants sont meilleurs qu'eux : pourtant ils accompagnent leurs enfants le weekend au bord du terrain du foot sans jamais avoir joué au foot peut-être ? Pour autant, rien ne les empêche de leur transmettre une "bonne conduite", des repères éducatifs, des valeurs humaines...
Tous les parents sont différents, tous les enfants sont différents ; chaque famille a ses modes de fonctionnement. Il faut aider les gens à se poser les bonnes questions, à se servir de ça pour mettre le curseur au bon endroit.
Dichotomie de la parentalité numérique : on doit donner des règles, précises, d’encadrement aux enfants mais on doit aussi les accompagner progressivement dans des usages, des outils, des ressources, adaptés à leur âge. Et la recette change pour chacun de nos enfants en plus !
Si on ne connaît pas tel jeu ou telle fonctionnalité, on peut demander à l’enfant de montrer comment ça fonctionne avant de donner son avis. Ce n’est pas grave de ne pas savoir. Le plus important, c’est de parler, peu importe le niveau de connaissance, et de montrer que les parents sont intéressés par ce qui se fait dans la sphère numérique : sans habitude au dialogue, l’enfant se retrouvera tout seul le jour où il se passera quelque chose de grave. Montrer de l’intérêt, c’est de la prévention.

- Appuyez-vous sur votre charte interne pour répondre aux questions : expliquez votre approche du numérique point par point.

- Suggérez des usages variés et toujours accompagnés : (Il est plus facile d’interdire que d’éduquer...)

- Montrez des ressources en expliquant comment les utiliser

C’est comme pour le livre : de nombreux parents ne savent pas comment accompagner leurs enfants dans la lecture

Ce que vous pouvez leur proposer :

• Organiser des rencontres parentales : permettre aux parents d’exprimer leurs inquiétudes et leurs questionnements en groupe, échanges et partages d’expérience entre parents. Les réponses peuvent venir de l’animateur ou des autres parents. La rencontre sert aussi à donner de l’information. Mais se positionner comme animateur et non expert.
Difficile pour les parents de se mobiliser en allant à ses rencontres, surtout ceux qui en ont le « plus besoin », briser l’effet formel des conférences (sinon il n’y aura que des parents déjà avertis)
• Transmettre de l’information s’appuyer sur des ouvrages, des flyers, de la documentation
• Faire passer des messages pratiques et de bon sens
• il peut être plus efficace d'intégrer le sujet des écrans au moment d’un autre événement, une autre discussion ; sans les enfants peut permettre plus de liberté.

Méthode :
– débloquer la parole avec les post it, par exemple sur leurs représentations : crée de la confiance, casse « l’effet conférence », plus dynamique (les faire se lever etc)
– centrer le débat et contextualiser : compter le nb d’écrans à la maison etc notamment pour désaccuser les enfants et recentrer le débat sur des questions de parentalité
– concrétiser et ancrer : mettre en place des challenges etc

Comment ?

- A réfléchir pendant un temps déjà existant idéalement organiser un atelier enfant en parallèle
- Travailler finement la communication, briser l’effet « conférence »

1. Débloquer la parole et rassurer
- Faire parler les adultes de leurs usages
- Evoquer les équipements et usages des enfants
- Donner des clés de compréhension
- Des comparatifs

2. Motiver et aider
- Être dans la co réflexion positive et le bon sens
- Proposer de travailler de nouveaux réflexes

3. Ancrer
- Des conseils pour l’ancrage des réflexes à la maison
- Des challenges à relever : c’est en s’amusant qu’on apprend le mieux (même quand on est adulte !)

3 points clés de l’approche Souris Grise : Je valide / J’accompagne / Je régule.
image je_valide_j_accompagne_je_regule.jpg (43.5kB)
Des familles et des écrans - Hautes-Alpes - 22.23.03.2021 ©SourisGrise

Proposer des défis concrets aux parents :
- Jouez 15 minutes au jeu numérique préféré de votre enfant
- Installez une panière à écrans dans la maison

Recommandations les plus courantes


Un programme conçu pour les enfants c’est ? :
Vidéos, jeux, quelques points importants à vérifier :
. L’identité de l’éditeur : Qui propose ce programme et dans quel objectif ?
. L’intérêt du programme : Qu’apporte t il à l’enfant ? Les dialogues et langage sont ils compréhensibles et adaptés ? Le sujet de l’histoire ou de la vidéo concerne t il l’enfant ?
. La qualité de l’animation , de la sonorisation et du graphisme (l’esthétique)
. L’ergonomie (pour les applications et sites Web)

Aidez à estimer un jeu, un réseau social ou une appli :
- En consultant les recommandations d’âges : Pegi pour le jeu vidéo, conseils d’âge pour les programmes TV et les applications
- Mais surtout en s’intéressant au programme : en trois clics, on trouve des vidéos de joueurs en situation (en proposant aux parents de comparer aux jeux avec lesquels ils jouaient quand ils avaient l’âge de leurs enfants)
- Et en regardant le début du jeu / vidéo / programme à côté de l’enfant

Le contrôle parental est une aide pour les parents, mais qu’il ne doit pas les remplacer.

Les points de vigilance
- Les ondes
- Le sommeil
- La concentration
- La condition physique
- Le manque d’attention à l’enfant

Ce n’est pas l’écran lui même mais l’abus d’écran et les mauvais usages qui sont problématiques et potentiellement dangereux

Synthèse sur la posture de l'accompagnant à la parentalité numérique

- Ne pas se laisser influencer par ses opinions et craintes
- Prendre de la distance
- Ne pas juger
- Rester dans une écoute empathique
- Ne pas donner des conseils théoriques globaux
- Transmettre un maximum d’astuces pratiques
- Prendre le compte le contexte de la famille
- Observer l’enfant et son environnement familial

The Marriage Decline is Economic, and So is the Fix
Tinder’s Growth Reflects an Interest in Dating, Not Hookups
Kissing: Nature’s Ultimate Litmus Test
When a Player Tires of the Game
The Worrisome Increase in Sexless Relationships
Filtering: Watch How a Man Treats Others
This Data on Monogamy Stuns Even the Social Scientists
The Pernicious Myth of Unconditional Love